Le Fuji-Q Highland est l’un des parcs d’attractions phare du Japon. Il est composé de quatre roller-coasters originaux et sa maison hantée est l’une des plus réputées du pays voire du monde. J’ai eu l’occasion d’y passer une journée… riche en émotions !

Passez votre souris sur les termes colorés en bleu pour avoir plus d’informations !

 

Le Fuji-Q Highland : un parc au pied du mont Fuji

Peu de parcs peuvent se targuer d’avoir un panorama tel que celui-là. Les flancs de la montagne la plus haute du Japon s’étalent en effet devant nos yeux, offrant une vision absolument superbe ! C’était, pour ma part, la première fois que je voyais le mont Fuji d’aussi près et j’ai trouvé ça époustouflant. La nature nous offre des spectacles grandioses !

Fuji-Q Highland Yoroshiku

Le parc est en fait cerné de montagnes.

 

Les montagnes russes

Qui dit parc d’attractions dit forcément… attractions. Chez Fuji-Q Highland, il y en a quatre célèbres, celles pour lesquelles les gens viennent principalement :

Le Fujiyama

Présenté comme le « roi des coaster », le Fujiyama culmine à 79 m de hauteur, rien que ça ! Il détenait d’ailleurs le record du monde jusqu’en 2000.

Fuji-Q Highland Fujiyama Yoroshiku

Le Dodonpa

Des rails, 172 km/h en 1,8 seconde, 2,7G. Pas besoin d’en dire plus, cette attraction vend du rêve pour les amateurs de sensations fortes.

 

Le Takabisha

Le Takabisha pourrait être une montagne russe classique… mais avec une montée à 90° et une descente à 121° on est dans un autre niveau. Les rails sont impressionnants vus de l’extérieur. Avant la chute, le wagon s’arrête un peu, histoire de bien profiter du vide qui s’offre à nous.

Fuji-Q Highland Takabisha Yoroshiku

Le Ee ja nai ka

Une montagne russe quadridimensionnelle. Ee ja nai ka (ええじゃないか en version originale) signifie « c’est bien/super, hein ? » et il porte vraiment bien son nom. C’est un coaster en 4 dimensions porteur d’un joli record au guiness book : celui du plus grand nombre d’inversions (14, rien que ça !).

Fuji-Q Highland Ee Ja nai Ka Yoroshiku

Malheureusement sur ces 4 attractions, trois étaient fermées le jour de notre visite. Le Fujiyama car il y avait trop de vent. Et même s’il s’est calmé dans l’après-midi, l’équipe du parc ne l’a pas rouvert. Le Dodonpa, lui, est fermé jusqu’en juillet 2017. Ils font en effet une version 2. Et le Takabisha était fermé pour cause de maintenance. Autant dire que trois sur quatre, ça fait beaucoup et nous étions un peu déçus. Cependant, le Ee ja nai ka valait à lui seul le déplacement car c’est un coaster vraiment génial.

 

Ee Ja Nai Ka ?! Ee Ja Nai ka ?!

Une montagne russe quadridimensionnelle c’est quoi ? Une attraction dans laquelle le wagon tourne sur les rails et le siège tourne sur lui-même (à 360°, en avant et en arrière). Tête en bas, pieds en haut, à gauche, à droite, au bout d’un moment on ne sait plus si on est à l’endroit ou à l’envers. Les sensations sont absolument incroyables.

Le parcours débute en marche arrière. Pour le premier tour que nous avons fait (sur deux), nous étions à l’avant. J’ai trouvé la première descente vraiment difficile, avec une réelle impression de tomber dans le vide (à 76 mètres de haut, seulement retenue par le harnais, ça aide) et je me suis demandée un instant pourquoi je m’étais embarquée là-dedans ! Mais le plaisir a vite pris le dessus.

Ee ja nai ka est une montagne russe qui se fait sans chaussures. En effet, avant de monter dans le siège, on nous demande d’enlever bijoux, bracelets, montres, écharpes, bonnets… et chaussures donc. C’est un peu étrange de faire un parcours en chaussettes (surtout lorsqu’il fait un peu froid et qu’il y a du vent comme c’était le cas lorsque nous y sommes allés). Du coup, ça donne des images sympathiques de chaussures alignées sans leurs propriétaires, on pourrait presque croire qu’ils se sont évaporés ! La sécurité n’est pas négligée et les accroches sont vérifiées quatre fois ! (trois fois par le staff et une dernière fois par nous-même, à la demande de l’équipe)

Les autres attractions

Les autres attractions ne sont pas en reste ! On a passé de très bons moments chez Fuji-Q Higland.

Nous nous sommes pris pour des espions dans « Zetsubô Yôsai ». On est habillé d’une veste spéciale et on nous donne un chronomètre et un badge. Le but : passer les différents niveaux du fort, vrai labyrinthe muni d’un système de sécurité développé, caméra à détecteur de mouvements, patrouilles de robot… C’est vraiment super sympathique comme expérience. La musique fait penser à celle qu’on entendrait dans un film du coup on se prend encore plus au jeu. J’ai beaucoup aimé, bien que nous sommes pas allés très loin. Apparemment le taux de succès serait de 1 sur 1 million !

On s’est fait mouiller dans l’excellent « Nagashimasuka ». Un parcours aquatique dans une grosse bouée. Le poncho (100 yens) est fortement recommandé car ça mouille vraiment ! On tourbillonne telle l’eau qui nous entoure. Un moment d’éclate totale malgré l’eau un peu fraiche lorsqu’il fait 10°.

J’ai enchaîné par « Cool Japan », un parcours aquatique aussi. Tant qu’à mettre des choses qui mouillent, à Fuji-Q Highland on s’est dit qu’on allait en mettre deux ! Très court car le point fort de l’attraction est une chute sur l’eau à toute allure. On est bien mouillé aussi (poncho recommandé à nouveau !) et ceux qui ne sont pas dans le wagon aussi ! La gerbe est immense ! L’eau arrive jusque sur les chemins du parc. On peut d’ailleurs se prendre en photo juste devant la pente (il ne faut pas avoir peur de se mouiller pour le coup !)

Nous avons pu profiter également de « Fuwa fuwa osara no daibôken ». Une montagne russe inversée. Nous sommes donc dans une nacelle suspendue. Mon avis est vraiment mitigé sur cette attraction. Elle était fermée une bonne partie de la journée à cause du vent mais à rouvert en fin d’après-midi et nous étions les deux derniers à y entrer. Les nacelles sont petites, faites pour un adulte et un enfant, ou une personne de grande taille et une personne de petite taille. L’équipe, peut-être trop envieuse de fermer les portes (il était 16h50 et l’attraction ferme à 17h et nous étions les deux derniers) nous a fait monter à deux dans la même nacelle… deux personnes de grande taille. Je n’étais pas confortable et ne me suis pas sentie en sécurité. C’est dommage car le parcours, qui surplombe le parc et navigue entre les arbres est vraiment sympathique. Les freinages sont par contre assez violents !

Dans le même style de violence, nous avons commencé la journée par une petite attraction, histoire de se mettre en jambes : « Mad Mouse ». On s’est dit que ça allait être tranquille, c’est plutôt une attraction qui vise les enfants… cruelle erreur ! Effectivement il n’y a pas vraiment de descente, c’est un petit parcours simple. Mais les virages ! Les virages ! Ils sont justes abominables. Ils sont très violents, le wagon freine et tourne brutalement. Il ne faut pas se fier à son apparence enfantine !

« Tondemi~na », nous place dans une roue à l’horizontal qui bascule d’un sens à l’autre en allant de plus en plus haut. Du classique mais qui nous a tranquillement retourné l’estomac (nous l’avons faite avant de manger, nous ne sommes pas inconscients !)

Au cours de la journée nous avons aussi embarqué à bord de la compagnie Fuji, dans « Fuji Hikôsha » pour un vol au-dessus du mont Fuji. Il s’agit d’un cinéma dynamique avec un écran arrondi. On a du coup vraiment l’impression de voler, c’est bien fait. L’image aurait mérité une meilleure qualité par contre. Les paysages sont vraiment magnifiques et on peut même sentir l’odeur des fleurs ! Toute l’attraction est bien pensée : dès qu’on rentre dans le bâtiment on entre dans l’aéroport, avec ses tableaux d’affichages et ses annonces (complètement loufoques, du style « le vol aura du retard car le pilote a eu une panne de réveil » ou « ne faîtes pas de flamenco ou de menuiserie dans le terminal afin de ne pas gêner les autres passagers »). C’est la seule attraction du parc qui a une file d’attente originale. Un moment vraiment sympathique.

On a aussi fait un tour dans la grande roue pour voir l’intégralité du Fuji-Q Highland et dans une petite attraction « Gegege no Kitarô », manga de Shigeru Mizuki. Il faut savoir parler japonais par contre. Je ne recommanderais pas forcément. C’est censé faire peur mais… casque sur la tête, plongé dans le noir, des yôkai viennent nous rendre visite. Mais on est, bien sûr, protégé par Kitarô.

 

EVANGELION : WORLD

Fuji-Q Highland s’est associé à Evangelion pour offrir aux visiteurs une petite plongée dans l’univers de l’animé. L’endroit est un peu similaire à un musée, avec des reproductions de lieux, de personnages, d’objets ou de scènes. Le point fort est la reproduction grandeur nature du buste de l’Eva-01. Elle est absolument magnifique. Certains décors sont donc récrées et on peut s’y prendre en photo. Un endroit sympathique quand on aime Evangelion !

 

Les restaurants

Les restaurants sont assez nombreux à Fuji-Q Highland. On peut déguster des nouilles comme des hamburgers et des pizzas. Le tout à des prix prohibitifs, bien entendu. Le midi nous sommes allés à Lotteria pour un burger et avant de partir nous sommes allés manger une pizza (avec des frites…) chez Pizza LA. Rien de bien faramineux. Dans l’après-midi j’ai pris un taiyaki qui était bon. En forme de Mont Fuji et de carpe.

Prix et trajet

L’entrée du parc coûte 5700 yens (un peu moins de 50€) pour un accès gratuit aux attractions (sauf à la maison hantée).  Il est possible également de payer pour chaque attraction séparément (entre 400 et 1000 yens) après avoir payé 1500 yens d’entrée (c’est quelque chose qui se fait beaucoup au Japon. Le système ici n’est du coup pas très pratique car il faut montrer son ticket avant chaque attraction. Un bracelet serait bien plus simple…)

On peut y accéder en train ou en car. Sur le site de Fuji-Q Highland, on peut trouver des packs bus+entrée ou train+entrée à des prix réduits. Par exemple, nous avons payé 7000 yens avec l’aller-retour en bus et l’entrée du parc. Il faut compter 1h45 de trajet.

Le bilan

Nous avons passé une bonne journée au Fuji-Q Highland. Je ne vais pas cacher notre déception au vu du nombre d’attractions fermées (celles citées en haut et d’autres également) mais nous nous sommes bien amusés tout de même. Le parc n’était pas trop fréquenté et la queue la plus importante que nous ayons du faire est celle pour le Ee Ja Nai Ka, 1h20 environ. L’attraction était prisée (c’était aussi la seule grosse attraction ouverte) et les vérifications de sécurité sont nombreuses… ça n’avance donc pas très vite. D’autant plus qu’il n’y avait que deux wagons en fonctionnement. La deuxième fois nous n’avons cependant attendu qu’une trentaine de minutes.

J’y retournerais probablement dans un an, histoire de profiter de la nouvelle version du Dodonpa et des autres attractions que je n’ai pas pu faire.

Le Fuji-Q Highland ? C’est validé !

Lien : Le site du parc

8 thoughts on “Fuji-Q Highland : Un parc d’attraction au pied du Mont Fuji

    1. Oui c’est un taiyaki : un genre de gaufre. Traditionnellement c’est fourré à l’anko (pâte de haricots rouges sucrée), mais j’en ai pris une fourrée à la crème pâtissière.

  1. Wahou ! Ca a l’air vraiment super cool mais perso j’aurais évité les 4 premières attractions et tous ceux qui ont le vertige et n’aiment pas les sensations fortes auraient fait comme moi… Gros bisous!

    1. Certainement ! Ce parc est avant tout destiné aux amateurs de sensations fortes. Pour les autres, il existe heureusement d’autres parcs sur l’archipel ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *