Vendredi 3 mars 2017. Je me lève aux aurores (6h), pour prendre le bus de 6h28. Cela me permet d’arriver tôt à Chichibu. Ainsi, à 9h00, je descends à la gare de Yokoze, qui est proche du 9ème temple du pèlerinage de Chichibu. Aujourd’hui encore il fait beau, bien que légèrement frais ce matin. Je me mets en route, un grand sourire aux lèvres : j’ai attendu cette journée toute la semaine !

Aujourd’hui, les temples sont particulièrement situés dans la ville de Chichibu, et ne sont pas très éloignés les uns des autres. Il me sera donc possible d’en visiter une douzaine. Mais la journée me réserve son lot de surprise !

Temple n° 9 : Akechi-ji

Me voilà donc de nouveau au temple numéro 9 du pèlerinage de Chichibu. Il était fermé la semaine précédente, mais là il est bel et bien ouvert. Je sonne à mon arrivée, et le moine me signe mon nôkyôchô, tout en me demandant d’où je viens. Il y a toujours un peu d’étonnement à croiser un étranger occidental dans le coin. Il me semble d’ailleurs n’en n’avoir croisé aucun au cours de mes 6 journées à Chichibu.

Je n’ai pas trouvé de charme particulier à Akechi-ji. Je l’ai trouvé un peu dénué de tout, mais pas dans le bon sens du terme. Cela ne m’a pas empêché d’adresser ma prière à Nyoirin Kannon.

Akechiji pèlerinage chichibu

Je repars ensuite, direction le dixième temple, munie de ma petite carte trouvée dans l’un des temples. La route pour aller jusqu’au temple n°10 n’est malheureusement pas indiquée, et il faut donc compter sur le GPS pour atteindre le temple. J’ai trouvé ça vraiment étonnant, et je n’ai pas compris le pourquoi du comment, je dois bien l’avouer. La route n’est pas agréable, car elle longe une quatre voies fort fréquentée par les voitures. Sur la fin heureusement on retrouve une petite route (mais qui reste assez fréquentée tout de même).

Temple n° 10 : Daiji-ji

En arrivant à Daiji-ji, on monte une première volée de marches. Le temple est un peu caché et engoncé entre son cimetière et la montagne. Ici, on prie Shô-Kannon.

Daijiji pèlerinage chichibu

Après avoir obtenu le goshuin du temple, je monte vers le cimetière. La vue est plutôt sympathique, avec ces montagnes qui encerclent la ville.

Daijiji pèlerinage chichibu 2

J’en profite pour chercher le chemin de randonnée qui mène vers le temple n°11, mais je ne le trouve malheureusement pas. Je me décide donc à le rejoindre par la route.

Temple n°11 : Jôraku-ji

Lorsque j’arrive au Jôraku-ji, je repère le fameux chemin de randonnée. Il est parcouru de plusieurs Torii, des portails shintô, tous en assez mauvais état, pour ne pas dire quasiment pourris. Et en fait, ils collent assez bien avec le temple, qui est lui aussi dans un assez mauvais état ; Il n’est pas joli, coincé entre deux vieux bâtiments sans charme.

J’ai du mal à trouver l’endroit où l’on doit faire signer son nôkyôchô, car tout est inscrit en Japonais, et je ne sais pas vraiment lire les kanjis. De plus, tout est fermé. J’ouvre une porte au hasard, mais ce n’est pas là. Et puis un panneau coulissant s’ouvre, découvrant une dame d’une quarantaine d’années, super souriante et joyeuse. Lorsque je vais faire ma photo du temple, elle sort et me propose une bouteille de thé. Quelle gentillesse ! J’ai été super touchée par ce geste ! Elle m’explique ensuite qu’à l’origine, Jôraku-ji était différent. L’endroit était plus grand, mais tout a brûlé 2 fois, ce qui fait qu’il ne reste plus grand-chose aujourd’hui.

Chose étrange, je ne prends qu’une photo du lieu, sans même vraiment la vérifier. Et au final, elle n’est pas vraiment réussie (pour ne pas dire complètement nulle). Désolée pour ça !

Jôrakuji pèlerinage chichibu

La représentation de Kannon du Jôraku-ji est Juichimen Kannon.

Je repars ensuite à travers les petites rues de la ville, direction le temple numéro 12.

Temple n° 12 : Nosaka-ji

J’ai été subjuguée par Nosaka-ji. Je l’ai trouvé absolument magnifique ! Et, cerise sur le gâteau, le moine me propose d’entrer dans le Hon-Dô, le bâtiment principal dans lequel les moins font la prière. À l’intérieur ça sent super bon l’encens. C’est aussi très beau. Je n’ai pas pris de photo, par respect, mais j’ai pu prier Shô Kannon de très près, et lea remercier, une nouvelle fois, pour cette aventure fantastique que je suis en train de vivre. La pièce est décorée d’estampes des 34 temples du pèlerinage de Chichibu, cela me donne un aperçu de ce que je vais découvrir au fil de ma marche.

Nosakaji pèlerinage chichibu

Ensuite, le moine ouvre les portes extérieures, qui donnent sur un petit jardin intérieur avec un petit bassin d’eau. C’est absolument magnifique. Le moine me dit que l’intérieur et l’extérieur sont beaux pour apaiser le cœur et l’esprit. Et comme ça fonctionne ! Quel cadeau ! Quel incroyable cadeau il me fait ce monsieur !

Nosakaji Chichibu

C’est donc le cœur léger et joyeux que je reprends la route.

Temple n°13 : Jigen-ji

Le Jigen-ji est situé plus en centre ville. La dame qui me signe mon nôkyôchô m’offre un thé qui, me dit-elle, est bon pour les yeux. C’est un thé au thym. J’ai un peu de mal avec le thym en infusion, car c’est ce que je prends lorsque je suis malade (excellent remède, et couplé avec du citron c’est parfait pour faire fuir la maladie). J’ai cependant fort apprécié le geste.

Jigenji pèlerinage chichibu

La représentation de Kannon du Jigen-ji est Shô-Kannon.

Temple n°14 : Imamiya-bô

Ici, je fais ma prière à Shô Kannon également. La dame du temple me souhaite bon courage pour la suite, avec un grand sourire. J’adore ces petites rencontres !

Imamiyobô pèlerinage chichibu

Je me rends ensuite au temple n°15, mais impossible de trouver quelqu’un pour le gôshuin. Le temple semble désert, il n’y a qu’une camionnette avec un ouvrier qui somnole à l’intérieur. Le temple est en rénovation. Un peu déçue, je reprends la route, direction le temple n° 16. Cela aura été en fait un mauvais calcul de passer par le n°15, car il m’a fait faire un détour (pour rien). Étant donné qu’il n’est pas loin de la gare, je me dis que je le ferais en premier la prochaine fois.

Temple n°16 : Saikô-Ji

Le Saikô-Ji est vraiment sympathique. On y prie Senju Kannon. Il y a un petit hall d’exposition, avec les 88 statues des différents bouddhas du (mythique) pèlerinage de Shikoku.

Saikôji pèlerinage chichibu

La dame du temple, après avoir signé mon nôkyôchô, m’offre un petit parapluie en papier, jolie petite décoration… que je perdrais sur la route quelques temps plus tard. Autant dire que j’étais vraiment déçue !

J’y rencontre aussi deux dames, avec qui je discute un peu. Quelle chance j’ai aujourd’hui !

Temple n° 17 : Jôrin-ji

Le Jôrin-ji est un peu plus planqué, bien que pour y aller il faille longer une grande route sans intérêt et fréquentée par pas mal de voitures.

Je fais une prière envers Juichimen Kannon, puis vais obtenir mon gôshuin. Le monsieur du temple engage la conversation sur mon appareil photo, en me disant qu’il était justement en train de feuilleter un magazine sur la photo. Il m’encourage à prendre de jolies photos. Décidément ! Si aujourd’hui, les routes ne sont pas forcément intéressantes car bien trop fréquentées par les voitures, les destinations réservent toujours de belles surprises !

Jôrinji pèlerinage chichibu

Pour la suite, je décide de sauter le temple n°18, car je suis plus proche du 19.

Temple n°19 : Ryûseki-ji

L’environnement du Ryûseki-ji semble être en cours de modification, ce qui donne un temple entouré d’une plaine de terre.

Ryûsekiji pèlerinage chichibu

Je fais une prière à l’attention de Senju-Kannon, puis vais faire signer mon nôkyôchô avant de reprendre la route.

Temple n°20 : Iwanoue-dô

Le vingtième temple du pèlerinage de Chichibu m’a subjuguée. Je l’ai trouvé vraiment magnifique, entouré d’arbres et de nature.

Iwanouedô pèlerinage chichibu

Il est dédié à Shô Kannon.

Temple n°21 : Kannon-ji

Kannon-ji est situé en bord de route. Il est dédié à Shô Kannon.

Kannonji pèlerinage chichibu

Temple n° 22 : Dôji-dô

Le vingt-deuxième temple du pèlerinage de Chichibu est situé en haut d’une colline et entouré de champs. Un bâtiment flambant neuf, sans charme, se dresse à côté du hondô plus vieux. J’adresse ici ma prière à Shô Kannon.

Kannonji pèlerinage chichibu

La journée touche à sa fin, et je commence à sérieusement fatiguer au niveau des jambes, après ces kilomètres enfilés à travers la ville de Chichibu.

Un coup sur le gps et me voilà à dévaler la pente de la petite colline, passant par des chemins de traverse. J’arrive ainsi tout en bas, je n’ai plus qu’à traverser le petit pont pour arriver de l’autre côté puis je n’aurais que 3 kilomètres environ pour revenir à la gare. Sauf que voilà, le pont est fermé… Je dois donc remonter une partie de ce que je viens de descendre pour atteindre le pont à hauban de la ville.

Autant vous dire que psychologiquement ça a été un coup dur, car j’étais vraiment fatiguée. Mais je n’ai pas le choix, et me voilà donc à remonter un bout de la colline. Traverser le pont n’a pas été très agréable, à cause du vent froid et de la température qui est descendue d’un coup. La vue de ce côté n’est pas des plus belles… mais Chichibu en elle-même n’est pas une ville particulièrement jolie car très industrielle. Elle recèle cependant de jolis coins, et je suis tombée sous son charme.

Chichibu

On voit d’ailleurs sur la photo le pont par lequel j’étais censée passer.

Pour me réconforter, je fais une petite pause avant les derniers kilomètres jusqu’à la gare de Seibu-Chichibu. Je goûte au Mc Flurry Sakura de Mc Donalds, une glace vanille avec des pétales de Sakura. J’ai trouvé ça pas trop mal.

La deuxième journée du pèlerinage de Chichibu aura été pleine de surprises et de découvertes. J’ai été au bout de moi-même… mais ce n’était rien comparé à ce que j’allais vivre après, lors de la quatrième journée du pèlerinage.

Le récit de ma première journée de pèlerinage
Le pèlerinage en détail

2 thoughts on “Pèlerinage de Chichibu : Jour 2”

  1. Ton anecdote me rappel toujours le fait que j’ai un appareil photo Samsung et que souvent les gens (japonais) me disent que Nikon ou Canon c’est mieux :p (ils sont chauvins)

    1. Ha ha c’est pas faux !
      C’est vrai qu’en général les Japonais ont soit du Canon, soit du Nikon. Mais il faut dire qu’ils font du bon matos aussi 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *